Khalid K, parfums de sons

Parfums des sons Khalid K OFF 2015 par Marie-Cécile Drécourt

nullKhalid K, parfums des sonsDans la folie du Festival, il y a des moments où l’on a envie de se poser, de voir autre chose, de voir autrement.
16h05, direction le Théâtre Arto pour un concert qui n’en est pas vraiment un : « Parfums des sons » de Khalid K.

J’ai découvert Khalid K l’an dernier en allant voir Les Cavaliers. Sa voix m’avait très vite emportée, donnant une dimension toute particulière à cette adaptation du texte de Joseph Kessel et nous emportant en Afghanistan pour une heure de bonheur et d’émotions.

Cette fois je voulais le découvrir en solo, sans autre acteur, sans décor. Je m’attends à ce que mes oreilles soient enchantées par la puissance de ses cordes vocales et que leur tonalité ait les parfums de l’orient qui me feront voyager loin d’Avignon pendant une heure. Je l’imagine assis sur une chaise, statique, enchaînant les morceaux. Mais c’est autre chose qui m’attend : Khalid K partage avec nous son histoire, sa découverte des sons. Ces sons qui sortent aujourd’hui de sa bouche marchent avec lui et l’accompagnent. Il les vit, il les transpire, il les danse. Sa bouche, ses yeux, ses mains, tout en lui exprime cet amour pour le(s) son(s).

Le rythme l’habite. Il nous emmène encore une fois en voyage mais cette fois ce sera entre le Maroc et la France. Dans ce voyage, les sons le transportent et le mettent en mouvement.
Il danse les sons et on a envie de venir danser avec lui, de se les approprier pour exprimer ce qu’ils nous font ressentir.

Sa voix est puissante, il passe des graves aux aigus avec une grande facilité (en tout cas c’est ce qu’il y parait). Dans sa main droite un petit sampleur qui lui permet d’enregistrer et rediffuser en direct sa voix (ou celle des spectateurs) à l’infini. Pas de bande son donc, pas d’instrument de musique, juste lui et ses sons qui seront les personnages de ce spectacle. Ils joueront à leur tour le rôle de l’instrument à cordes, à vent, des percussions, du chanteur mais aussi du vent, de la mer ou des multiples bruits du marché de Casablanca.

On ressort après une heure reposé, apaisé, des sons plein le corps et des parfums plein les oreilles. On ressort avec une envie d’accueillir les sons qui nous entourent autrement, comme une musique quotidienne qui nous habite constamment.

Pas besoin de lecteur MP3 dans les oreilles finalement, ce spectacle nous montre que le rythme est partout autour de nous, à nous de l’accueillir pour faire danser notre vie.

En bonus un petit extrait live de son spectacle :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.