Travailler chez soi ne veut pas dire se la couler douce

Com1Even - Travailler à domicile ne veut pas dire se la couler douce

Travailler  à domicile ne veut pas dire se la couler douceDeux ans maintenant que je suis indépendante et je n’ai vraiment aucun regret. La route n’est pas toujours droite, loin de là. Trouver de nouvelles missions n’est pas évident et être entrepreneur demande d’acquérir très rapidement des compétences multiples. Comme je l’ai expliqué dans l’un de mes derniers articles, le plus important est de ne pas rester seul pour éviter de s’effondrer quand on a un doute ou un gros coup de mou.

Qui dit entrepreneur ou indépendant, dit souvent travail à domicile. Je vois déjà le sourire se dessiner sur les lèvres de certains avant de me dire : « trop facile de travailler de chez soi, il n’y a personne pour te surveiller, tu peux te la couler douce tout en faisant payer tes clients. » ou encore « ce n’est pas grave si on termine tard cette soirée, toi tu pourras dormir demain puisque tu travailles chez toi. ». Et là arrive très vite le moment où j’ai envie de leur sauter à la gorge. C’’est vrai travailler de chez soi ça a quand même des avantages :
– on peut organiser ses journées comme on le veut et en suivant son rythme biologique (personnellement je voterai bien une loi obligeant la sieste quotidienne au travail),
– on est présent quand le facteur vient livrer un colis ou quand il faut laisser la porte et les fenêtres de sa maison ouvertes toute une journée parce que la toute nouvelle peinture est en train de sécher
– ou encore, on passe beaucoup moins de temps dans sa voiture ou les transports en commun.

Oui évidemment on peut faire tout ça, enfin quand on n’est pas obligé de passer des heures à relancer un client qui ne veut pas payer, de travailler les statistiques de son site internet qui se font spammer inlassablement ou encore de reprendre tous ses frais en retard pour suivre sa comptabilité. Et toutes ces tâches éloignées de mon coeur de métier, souvent, elles sont réalisées tard le soir, le weekend ou encore les jours fériés (les jours quoi d’ailleurs…???).

Car oui travailler à la maison implique aussi de ne pas avoir d’heures de travail fixes. C’est également passer devant son ordinateur 7jours / 7 et se sentir coupable car sa to-do liste nous regarde avec insistance et que l’on sait très bien que la semaine prochaine on n’aura pas le temps de se mettre dessus.

Autre petit détail, qui a quand même son importance, toute heure non travaillée ne ramène pas de chiffre d’affaire et toute heure travaillée n’en ramène pas non plus d’ailleurs. Si je suis malade, trop fatiguée pour me lever ou que ma connexion internet a décidé de faire grève, c’est autant d’heures qui ne seront pas facturées ou de devis qui n’auront pas été envoyés à des clients potentiels.

En comparaison, une personne salariée a des horaires de travail, est indemnisée en cas d’arrêt maladie (certes avec des jours de carence mais quand même), touche un salaire tous les mois et le chômage si elle n’a plus de travail. Et si internet ne fonctionne pas, elle peut appeler le service informatique.

Encore une fois je ne regrette rien, j’ai choisi d’être indépendante et de travailler chez moi avec toutes les contraintes que cela implique. La vie de salarié n’est pas toujours évidente non plus et je pense que certains sont faits pour le salariat, d’autres pour être entrepreneurs.

Mon unique coup de gueule ici est contre ceux qui pensent qu’être son propre patron et travailler à la maison rend la vie beaucoup plus simple. Détrompez-vous, chaque statut a ses défis, son stress quotidien et demande de l’organisation pour pouvoir équilibrer vie privée et vie personnelle. Alors, à bon entendeur, …

Illustration : Free digital Photos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.